Funny Girl: The Greatest Star

Cette brillante comédie musicale nous plonge dans la vie et la carrière de Fanny Brice, une légendaire actrice du Broadway des années 20. C’est Barbra Streisand qui y interprète Fanny, d’abord sur scène puis à l’écran, marquant ainsi son propre passage au cinéma, et un tournant dans sa propre carrière. Fanny Brice, donc, est une jeune femme pimpante, talentueuse et drôle, confiante et convaincue de son destin de star, malgré un physique peu conforme à l’image d’une star. Elle ne se laisse pourtant pas décourager, insiste et sait faire preuve d’audace, et ses efforts paient puisqu’elles devient la vedette des célèbres Ziegfeld Follies. Cette vie lumineuse et épanouissante n’est assombrie que par sa relation amoureuse avec Nicky Arnstein, amoureux mais accro aux jeux d’argent et qui par un orgueil viril mal placé, refusera l’aide financière de sa femme et se laissera emporté dans des combines de plus en plus dangereuses…

Ce film est émouvant, drôle et spectaculaire, un vrai show à l’américaine (mais dans le bon sens du terme). Barbra, que je considère comme l’une des plus grandes actrices et chanteuses de la deuxième moitié du XXème siècle, une artiste complète, porte le film avec un panache et un humour irrésistibles. C’est le rôle qui l’a rendue célèbre auprès du grand public, et quel rôle ! On est en 1968, et Barbra, en incarnant Fanny Brice, apporte une énorme fraîcheur dans le monde de la comédie musicale, et en particulier dans les rôles féminins. Comme c’est le cas avec certaines actrices iconiques, comme Julie Andrews, Marilyn Monroe ou encore Arletty, Barbra transcende son rôle et devient l’image sublimée de la femme bien réelle, qui n’est pas une poupée au sourire parfait, qui mène une carrière brillante par ses propres moyens, qui est plus drôle et intelligente que belle, et dont les histoires d’amour ne sont pas forcément des contes de fée.

Le film fut un succès à sa sortie, et valut à Barbra l’Oscar de la meilleure actrice. Il faut aussi souligner les chansons du film qui sont toutes très belles, et très bien intégrée dans la mise en scène. Certaines sont devenues de véritables monuments de la chanson, comme Don’t rain on my paradePeople, ou encore My Man, une chanson que l’on connaît bien puisqu’elle fut à l’origine chantée par Mistinguett en français, reprise par Fanny Brice en anglais à la même époque, et, plus tard, par Arletty qui l’immortalisa en français avec son style bien à elle. La chanson est le final de Funny Girl, elle a été ajoutée au film par rapport à la version scénique, et apporte une touche de mélancolie au personnage qui force au constat suivant: pour une femme, quand on est un tel personnage et qu’on a  l’audace de mener une telle carrière sans songer à la sacrifier à son mari, on finit toujours par être punie, d’un côté ou de l’autre. Il est impensable de se voir accorder l’épanouissement dans sa vie professionnelle et dans sa vie privée. On retrouvera le même constat de Erin Brockovich avec Julia Roberts en 2000, mais ça, nous en reparlerons une autre fois ! Sur une note plus optimiste: ce film est très fréquemment cité dans la série Glee (toute mon adolescence…), où le personnage de Rachel voue une passion sans borne à Barbra Streisand et rêve de jouer dans la comédie musicale à Broadway… et finit par y arriver !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s