Mot du dimanche soir #4 Mode survie à l’anglaise: Shakespeare et Jane Austen

Aux grands maux, les grands remèdes ! Après cinq semaines de confinement, je n’ai pas encore trouvé de meilleur remontant que les adaptations des romans de Jane Austen et des pièces de Shakespeare. C’est fin, et ça fait changer d’air ! Parfois, il est bon de soigner sa peine à la manière de nos amis anglais, accompagnés d’une tasse de thé. Sans plus tarder, voici mes adaptations favorites:

Mes adaptations Shakespeariennes favorites:

Beauoucp de bruit pour rien afficheBeaucoup de bruit pour rien, par Kenneth BranaghTirée d’une des plus fameuses comédies du Barde, cette adaptation est d’une finesse et d’une fraîcheur inégalées dans le monde de l’adaptation. C’est une véritable invitation à la légèreté, portée avec rythme et exaltation par un casting de rêve (Emma Thompson, Robert Sean Leonard, Denzel Washington, Kate Beckinsale…). À consommer sans modération !

romeo+juliet afficheRomeo + Juliet, par Baz Luhrmann: La plus sublimissime de toutes les adaptations du classique ! Le texte de Shakespeare mot pour mot, transposé dans un décor contemporain, violemment clamé par Leonardo Di Caprio et Claire Danes. Dans ce monde moderne kitsch et criard typique du réalisateur, qui semble être une grande hallucination collective, l’histoire du Roméo et Juliette prend plus que jamais son sens universel et intemporel. Quand on l’a vu une fois, on ne peut plus jurer que par ce film. Et en bonus: on est dans la grande époque de Di Caprio !

Autour de Roméo et Juliette:

west side story afficheWest Side Story: Un classique dans le classique ! Cette fois-ci, l’adaptation est plus libre, mais c’est bien l’intrigue de Roméo et Juliette que l’on retrouve dans cette guerre des gangs du West Side de New York dans les années 60. Pris en comédie musicale entre les Jets, rejetons perdus des bas-fonds New-Yorkais et les Sharks, fraîchement immigrés de Porto Rico et déterminés à se faire leur place, Tony et Maria sont las de toute cette haine, et n’ont rien d’autre à perdre que leur amour. Gravé dans les mémoires grâce aux magnifiques chansons de Leonard Bernstein, ce film mérite amplement sa place parmi les étoiles du cinéma.

shakespeare in love afficheShakespeare in love: Je dois avouer que ce film est mon petit chouchou dans cette sélection… Genèse hypothétique de la création de Roméo et Juliette, on y suit un Shakespeare exalté, débordé, et amoureux. À la fois drôle et émouvant, on y est en plein dans l’esprit du théâtre, dynamique, vivant, et de la création artistique, qui vise toujours plus haut et aspire à toucher la vérité du doigt. Ici, c’est la vérité de l’amour qui est en jeu. Avec cette fois encore un casting de rêve: Joseph Fiennes, Gwyneth Paltrow, Judi Dench, Colin Firth, etc. on en ressort avec des étoiles dans les yeux !

Mes adaptations Austeniennes préférées:

orgueil et préjugés afficheOrgueil et Préjugés: Un indémodable ! Une immersion chez la famille Bennet est toujours la bienvenue pour se remettre les idées en place, rire de ses voisins et relativiser sur sa propre famille… J’aime autant le film de 2005 avec Keira Knightley que la mini-série de la BBC de 1995 avec Colin Firth ! Si la série est plus classique, au sens le plus noble du terme, les penchants romantiques du film ne me dérangent pas, au contraire, je trouve que c’est une très belle innovation, qui apporte beaucoup à l’atmosphère initiale !

raison et sentiments afficheRaison et Sentiments, 1995: Si j’aime particulièrement Raison et Sentiments, c’est parce qu’ici, on a affaire à un enjeu d’une toute autre urgence que celle d’Orgueil et Préjugés et d’Emma. Ici, on suit des femmes qui sont obligées de faire face à l’adversité, et qui ont chacune leur perception de l’amour et du mariage. Et qui, à part Emma Thompson et Kate Winslet pour les interpréter ?

emma afficheEmma, 1996: Emma semble être une source d’inspiration perpétuelle dans le milieu des adaptations ! Et ça se comprend: cette histoire d’une jeune fille qui s’ennuie et qui joue les entremetteuses avec son entourage est, à mon avis, aussi universelle qu’Orgueil et Préjugés, mais le rôle est sans doute moins fort, plus facile à appréhender que celui d’Elizabeth Bennet, qui colle plus à la peau de ses interprètes. Ainsi, Emma a fait l’objet de nombreuses adaptations, mais pour moi, c’est de loin celle avec Kate Beckinsale dans le rôle-titre qui retranscrit le mieux à l’écran cette intrigue complexe. Le film est très réussi, frais et vif comme l’esprit Austenien !

Bonus Austenien: Bridget Jones

bridget jones afficheRetranscription moderne d’Orgueil et Préjugés, Bridget Jones est sans aucun doute l’un de mes films préférés ! Je ne m’en lasse pas, et je me laisse aller à le revoir encore et encore chaque fois que je n’ai pas le moral ou que je suis malade. C’est certainement le meilleur compagnon de confinement possible ! L’intrigue, le casting (le rôle de Hugh Grant y est à mes yeux le meilleur de toute sa carrière), les dialogues piquants, drôles, voir absurde, tout ceci fait de ce film la pépite des  comédies romantiques anglaises.

Sur ce, bon confinement et bon courage à tous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s