Maria Deraismes: oratrice des droits de la femme

Marie-Adélaïde Deraismes (1828-1894) naît à Paris dans une famille bourgeoise. Elle fut la première femme à être initiée à la franc-maçonnerie, et la première également à avoir sa statue dans Paris (à l’exception de Jeanne d’Arc), square des Épinettes dans le 17ème arrondissement. Oratrice, écrivaine, journaliste, Maria Deraismes mettra sa vie entière au service de la lutte pour les droits des femmes, la laïcité et … Continuer de lire Maria Deraismes: oratrice des droits de la femme

Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda ou l’envol de la peur

1962, Cléo est une chanteuse populaire parisienne, un cliché de la star qui a toujours ses coups de cafard: assistée, superstitieuse, fragile. De 5 à 7 heures du soir, par une journée d’été, Cléo est persuadée d’être atteinte du cancer, elle le sent. Elle commence par aller chez une voyante, se faire lire les cartes, qui ne la détrompent pas, elle va ensuite s’acheter un … Continuer de lire Cléo de 5 à 7 d’Agnès Varda ou l’envol de la peur

La dentellière de Vermeer ou l’art du calme

Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler de Vermeer. Cet artiste a joué un rôle important dans ma vie, il fait partie de ceux qui m’ont poussée vers l’histoire de l’art. Pourquoi ce tableau ? Déjà, parce qu’il fait partie des rares tableaux du peintre que l’on peut admirer en vrai à Paris, ensuite, parce qu’il est finalement trop peu connu à mon goût. On y … Continuer de lire La dentellière de Vermeer ou l’art du calme

Qui a tué le chat ?- Luigi Comencini

Une comédie italienne loufoque et absurde dans toute sa splendeur ! Un frère et une sœur qui ne se supportent pas ont hérité d’un immeuble rempli de locataires, dont ils veulent à tout prix se débarrasser pour vendre l’immeuble, devenir riches et vivre loin l’un de l’autre. Seulement, les locataires sont coriaces, et entre la femme fatale, la mafia et le prêtre, les deux anti-héros … Continuer de lire Qui a tué le chat ?- Luigi Comencini

Le mot du dimanche soir #2: Relire ou ne pas relire ?

Dans ma vie de lectrice, j’ai toujours été du genre assoiffée de nouveautés, toujours avec le besoin de découvrir de nouveaux récits, de lire tout ce qui doit être lu. Terminer un roman que je découvre pour la première fois me donne l’impression d’avoir accompli quelque chose, ou même d’avoir ajouté une ligne à mon CV de lectrice… Quand on est pris par la fièvre … Continuer de lire Le mot du dimanche soir #2: Relire ou ne pas relire ?

Manhattan- Woody Allen

Manhattan n’est peut-être pas mon film préféré de Woody Allen, mais c’est sans aucun doute son film le plus emblématique. J’ai toujours en tête sa première scène, qui est indéniablement un grand moment de cinéma: le paysage de New-York sous toutes ses coutures, en noir et blanc avec Rhapsody in blue de Gershwin, et le personnage de Woody Allen cherchant ses mots pour déclarer son … Continuer de lire Manhattan- Woody Allen

Le mot du dimanche soir #1: Cameron Diaz + L’esprit de Noël

Je sais que le mois de novembre peut rendre morose, et, même si les festivités de fin d’années approchent à grand pas pour nous changer les idées et nous apporter un peu de poussière de fée, un peu de lumière électrique pour remplacer le soleil, un peu plus d’étoiles dans le ciel, il n’empêche que parfois, il faut donner un peu du sien pour tenir … Continuer de lire Le mot du dimanche soir #1: Cameron Diaz + L’esprit de Noël

Série coup de cœur: Sherlock

Devant l’hostilité de l’automne, je me suis offert le plaisir de revoir Sherlock, et ça a plus que bien fonctionné, la transition a été douce et me voilà enrobée d’un nuage de douceur hivernale ou de brume londonienne. Je sais bien que mes goûts personnels devaient inévitablement me pousser vers cette série, mais je pense quand même que c’est une série qui peut plaire à tout … Continuer de lire Série coup de cœur: Sherlock

Les émotifs anonymes- Jean-Pierre Améris

Alerte super film ! Vu récemment, ce petit bijoux avec Isabelle Carré et Benoît Poelvoorde m’a enchantée par son atmosphère drôle, onirique, sensible… Le genre de film qui nous fait nous demander comment on a pu lui passer à côté pendant aussi longtemps, et qui nous laisse la tête remplie de répliques touchantes, et du baume au cœur. Isabelle Carré y interprète Angélique, une jeune … Continuer de lire Les émotifs anonymes- Jean-Pierre Améris

Les belles de Halimunda- Eka Kurniawan

Ces derniers mois, j’ai ressenti le besoin de sortir de ma zone de confort, d’explorer les sentiers inconnus de la littérature mondiale, car même s’il est toujours agréable de revenir à ses sources premières, à ses lectures doudous, la lecture, c’est aussi et surtout l’occasion de voyager, de découvrir, de changer d’air. Avant Les belles de Halimunda, je ne connaissais rien à la littérature ou même … Continuer de lire Les belles de Halimunda- Eka Kurniawan